19 Şubat 2018 Pazartesi
468x90 reklamlar alanı kodu
Milletvekili Başkan Emir Kır, ‘Göçmen Avı’na karşı çıktı…
Milletvekili Başkan Emir Kır, ‘Göçmen Avı’na karşı çıktı…

Federal Milletvekili ve Saint Josse Belediye Başkanı Emir Kır İllegal göçmenleri yakalamak için ev baskınlarına izin veren yasa tasarısının derhal geri çekilmesini istedi.

Yasa tasarısı bugün meclis açık oturumunda tartışıldı . Parti grubu adına soru soran, Emir Kır, insan haklarını ve yabancıların haklarını savunan birçok dernek ile birlikte, bu hükümetin göçmenleri ve oturumu olmayanları, sistematik olarak bir suç unsuru gibi göstermeye çalışan bu yasanın derhal geri çekilmesini meclis açık oturumumunda Başbakan Charles Michel’den istedi. Kır « Yasa gerçekleşirse, sudan sebeplerle evlerinde illegal göçmenleri barındıran normal vatandaşların evlerine baskın yapılabilecek, aranabilecek, bu kabul asla edilemez, özel hayata saygısızlık ve tecavüzdür, sizleri aklın yoluna dönmeye ve insanlığa davet ediyorum » dedi

HÜKÜMET PLANI
Göç Bakanı Théo Francken tarafından hazırlanan ve MR(Reform Hareketi) partisi tarafından desteklenen yeni kanun tasarısıyla, polis oturumu olmayanların ya da oturumu olmayan birini barındıranların evlerine rahatlıkla girebilmeyi amaçlıyor.
Yasa tasarısı geçtiğimiz hafta içişleri komisyonunda,savcı, hakim, insan hakları dernekleri ve polis yetkilileri ile tartışılmış ve yasanın kabulü halinde yaşanacak sıkıntılara dikkat çekilmişti.
Tasarıya muhalefet kanadından olduğu kadar, hükümet ortağı parti MR üyelerinin bazılarından da tepki geldi.
Evlerde yapılan bu tür operasyonlar, normalde ağır suçlar için öngörülmektedir fakat burada hükümetin beklentisi sadece oturumu olmayan kişileri yakalamaktan ibarettir.
Ayrıca bu yasa yargıyı bu tür operasyonlara zorlayarak ; yargının bağımsızlığına gölge düşürmektedir.

Visites domiciliaires : Charles Michel veut “prendre du temps pour des consultations”

Le Premier ministre Charles Michel (MR) a été interrogé ce jeudi par les députés au sujet du projet de loi sur les visites domiciliaires. L’opposition a demandé le retrait pur et simple du projet. Ce dernier est “dénoncé, jusque dans votre propre parti. Il ne faut pas ‘faire baisser la pression’ autour de ce projet dont personne ne veut, sauf la N-VA. Il faut le retirer”, a dit le député PS Emir Kir.

De son côté, Olivier Maingain (DéFI) a dit que ce projet était “juridiquement bancal, sans fondement constitutionnel, car ce n’est pas de la compétence des juges d’instruction de concourir à une arrestation administrative. Le gouvernement ne peut se contenter d’une simple réforme cosmétique au projet de loi. Il doit entamer un travail de fond, un vrai dialogue avec tous les démocrates. Sans cela on ne pourra pas le suivre”.

Pour le député Ecolo Benoît Hellings, “ce projet n’est pas amendable. Il doit être retiré”. Quant à Raoul Hedebouw (PTB) il a déclaré : “Votre loi est liberticide, ce n’est pas que le PTB qui le dit. Les acteurs de terrain, les experts, les juges d’instruction ont tous dit que cette loi est un danger réel pour nos droits démocratiques”.

“Je veux prendre du temps pour des consultations”

“Ce débat touche à l’Etat de droit” a répondu Charles Michel, et “dans ce cadre il faut pouvoir identifier les personnes présentes sur notre sol. C’est une question d’ordre public et de sécurité. Dans de très nombreux cas, les personnes qui sont hébergées par des citoyens ne souhaitent pas introduire une demande d’asile. Il peut aussi s’agir de personnes qui ont introduit une demande d’asile, qui ont été déboutées mais qui ont épuisé les différentes voies de recours. Ils ne sont donc plus sur notre sol de manière régulière. Une directive européenne encourage les pays à une politique de retour efficace”.

Pour Charles Michel, “en utilisant les juges d’instruction dans le cadre de sa procédure, le gouvernement a voulu donner une garantie supplémentaire. Je veux prendre un peu de temps pour la consultation, pour comprendre mieux quelle est la nature délicate des principes juridique qui sont en jeu. Et en fonction de cela pouvoir assumer mes responsabilités et faire rapport au gouvernement et au parlement”.

Nous avons la capacité d’accueillir tous ceux qui demandent l’asile. Et mon appel à ceux qui sont ici sans être en séjour régulier est: introduisez une demande d’asile afin que dans le respect de l’Etat de droit, on puisse examiner si vous êtes dans les conditions pour être accueillis chez nous” a conclu Charles Michel.

BAŞKAN VE MİLLETVEKİLİ EMİR KIR NELER Mİ SÖYLEDİ?
GELİN BİRLİKTE İZLEYELİM

Bu haber 73 defa okundu